Facteurs internes ou propres à la personne.

La vie nous réserve de quoi permettre de vivre au mieux : l’oxygène, l’eau, les plantes vertes, les animaux, les technologies… Mais au revers de la vie moderne, une bonne liste d’éléments matériels et immatériels contribue à faire dégrader notre santé.

En haut de la liste, la fatigue est une des causes premières qui nous met en danger face à divers dysfonctionnements et pathologies. La fatigue elle-même provient de différentes origines, à ne citer principalement que les activités quotidiennes et, parfois plus insidieuse, la fatigue morale. Le stress, toujours dû au train-train quotidien mal géré, est également l’un moteur de mal-être corporel. Ces deux facteurs peuvent être une cause ou une source aggravante des troubles de santé.

Mais encore plus en profondeur, la génétique apporte aussi sa contribution à la dégradation de la santé humaine, même si chaque individu a son niveau d’adaptation. Une maladie héréditaire peut en effet apparaître de différentes façons chez les descendants. Par ailleurs, si le mode de vie exerce de toute évidence un ascendant sur la santé des personnes, la classe sociale comme source de mal-être et facteur de pathologie fait encore débat. Mais elle peut tout de même être un facteur d’aggravation.

Les facteurs externes à la personne.

La qualité de l’environnement direct ou global va certainement compter dans l’apparition ou non d’une maladie chez les personnes de toute catégorie. En effet, si le niveau d’oxygène et la hausse de CO2 tendent aujourd’hui à bouleverser le monde, la pollution de l’air, l’augmentation des ondes électromagnétiques, la disparition de certaines faunes, etc , s’y ajoutent pour faire péricliter la santé de tous. De bout en bout, les épidémies, étant un déterminant de santé, sont moins faciles à gérer.

Le travail revient dans la liste des facteurs influençant la santé, puisqu’il s’agit de l’activité qui prend le plus de temps aux hommes. Mais en l’occurrence, l’activité professionnelle, qu’il soit intellectuel ou un peu plus physique, est autant une source de facteurs dégradants (stress, fatigue) qu’une source libératoire (gain de rang social, déstressant si apprécié…), dépendant donc du mode de travail et de la personne même.

Par la suite, la disponibilité et la qualité des aliments et des biens de consommation sont, par-dessus tout, des facteurs importants de dégradation ou d’amélioration de la santé. D’autres éléments déterminent aussi la qualité de la vie humaine : les médias, les systèmes financiers, la violence, le marché des médicaments…